Aller au contenu Aller à la recherche Aller au menu principal

Pierre Reverdy

    

   SOURCE DE SANG

   Le champ, loin des échos, se balance au soleil. La

pente éternelle et la corne, le drapeau rouillé, dans ses

plis mouillés, tourne au bord du toit, du mur qui balance

et que redresse un autre caprice de la tourmente, quand

s'étend le soir. Puis c'est un interminable défilé de voitures

sur la route à bourrelets matelassés et on ne voit, par

moments, que la tête du cocher ou peut-être bien du

piéton — car il n'est pas encore question d'automobiles.

   Et quand on pense que tout cela est depuis le commen-

cement d'une même teinte, sans aucun souvenir d'une

autre époque, est surtout sans aucun souci de préparation

— si par malheur on s'attache au passé... pour retrouver

les racines profondes de cette race millénaire.

 

   Pierre Reverdy. Extrait de «Flaques de verre».